top of page

Anders Helmerson Website

Anders est né et a grandi en Suède, de parents tous deux pianistes. Dès son plus jeune âge, il se sentit poussé vers cette carrière, bien que le chemin ne fut pas linéaire. Pour devenir un pianiste de renom, il faut un talent extraordinaire, mais aussi l'énergie nécessaire pour consacrer de nombreuses heures par jour à la pratique. Adolescent, il s'y essaya, consacrant beaucoup de temps à s'exercer. Amateur de musique classique, de jazz et de rock contemporain, ses goûts musicaux étaient éclectiques. Le résultat de ses ambitions fut mitigé, car cela se fit au détriment de ses études. Il étudia la musique à un niveau inférieur mais ne parvint jamais à intégrer les institutions musicales supérieures. Parallèlement, il se découvrit une passion pour la composition. À 18 ans, il commença à travailler sur un projet d'envergure qui aboutit, trois ans plus tard, à son premier album intitulé End of Illusion. Cet album, mélange de fusion jazz-rock, de musique du monde et de rock progressif, fut produit dans le grand studio d'enregistrement Decibel à Stockholm. Il y jouait du clavier et fit appel à de nombreux autres musiciens.

 

Ce style multi-genres ne fut guère apprécié dans les milieux académiques. Anders, doté de sa nouvelle compétence en production musicale, continua de travailler comme producteur, mais à 24 ans, il prit un nouveau tournant et s'inscrivit à la faculté de médecine. End of Illusion fut un échec commercial, une déception notable à une époque où vendre de la musique était crucial – l'ère de l'analogique. De ce fait, durant ses études universitaires, il se détacha quelque peu de la musique.

Des années plus tard, alors qu'il exerçait la profession de médecin, il apprit qu'End of Illusion était devenu un album culte, très apprécié des fans de musique progressive. Il signa alors un contrat avec le label Musea et reçut une importante somme d'argent. Il travaillait à ce moment-là comme médecin à bord d'un navire ; à la réception de cette nouvelle, il débarqua au Brésil pour travailler sur son prochain album. C'est aux alentours des années 2000 qu'il commença à œuvrer sur son second album, Fields of Inertia, qui fut publié sous le label brésilien Som Interior. Mais Anders n'était pas conscient que l'industrie musicale avait évolué. Les techniques d'enregistrement numérique étaient devenues plus rapides et faciles à utiliser, et le marché de la musique s'était fragmenté, rendant la monétisation plus complexe.

 

Par la suite, il s'établit à Londres. Là, il passa du temps à chercher l'inspiration pour composer de la musique. Il tenta de collaborer avec différents musiciens ; lorsqu'il entra en contact avec certains particulièrement talentueux (Marco Minnemann et Bryan Beller), ce fut comme si on avait ouvert un robinet – l'inspiration jaillit. Il sortit l'album Triple Ripple avec eux en 2011 et fit quelques concerts au Brésil et en Europe, accompagné de ses claviers. Plus tard, Anders remplaça les synthétiseurs par un piano à queue.

 

En 2016, il publia Quantum House Project, un album avec les Français Christian Grassart et Thierry Conand à la batterie et à la basse, respectivement. Ce fut le premier album avec un trio piano ; après cela, Anders dirigea son propre trio et commença à se produire en live beaucoup plus fréquemment.

 

En 2021, en pleine pandémie, Anders sortit son cinquième album, Opus I. Dès la fin de la pandémie, il commença à tourner en trio avec deux musiciens recrutés à Berklee, Juan Mejia à la batterie et Simon Fagerstedt à la basse. Ils firent une tournée en Amérique du Sud en 2022 et 2023, puis au Royaume-Uni en 2023 également. Ils se produisirent également au festival Rio Montreux en octobre 2023. 

 

Depuis, Anders a continué à composer de la musique pour le trio piano, à sa manière unique mêlant jazz et rock progressif.

bottom of page